Les communiqués n'engagent que leurs auteurs

Communiqué des organisations syndicales de travailleurs sociaux et d'associations
Un rassemblement s’est tenu le 2 août après-midi devant la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) pour protester contre les nouveaux critères d’attribution des nuitées d’hôtel aux personnes sans abri mis en place récemment par la Préfecture. Dorénavant l’hébergement en hôtel sera refusé aux personnes isolées ou aux couples sans enfants et sans pathologies médicales graves. Les personnes hébergées actuellement devront quitter les hôtels sous huit jours.

Cette mesure a pour effet immédiat le renvoi à la rue de 72 personnes bénéficiant jusque là de ce type d’hébergement et restreint encore plus les possibilités de mise à l’abri des personnes qui ne manqueront pas de faire appel au 115 dans les prochains jours.

Face à l’indignation et aux questions de la délégation reçue hier, la DDCS n’a répondu que par l’engagement de traiter les situations problématiques « au cas par cas ». Est-ce une solution satisfaisante ? La DDCS a par ailleurs qualifié de légitimes les inquiétudes des personnes présentes devant ses bâtiments cet après-midi et affirmé que toutes les nouvelles mesures et tous les nouveaux dispositifs ne visaient qu’à améliorer la situation des personnes en détresse sociale. La réalité quotidienne démontre plutôt le contraire.

L’ensemble des organisations syndicales de travailleurs sociaux et des associations présentes à ce rassemblement et les signataires de ce communiqué tiennent à rappeler que :
- Les personnes « à la rue » qu’elles soient françaises ou étrangères, en situation régulière ou non, sont avant tout des personnes. Il est du devoir de l’Etat de prendre en compte leur détresse ou leurs difficultés. Et de mettre ainsi en œuvre les principes inscrits dans notre devise nationale. Sous prétexte de manque de moyens et de « nécessaires économies » l’Etat s’en décharge de plus en plus.
-L’action de l’Etat en matière de « traitement » de la misère relève d’une vision que les signataires de ce communiqué ne partagent pas. Prendre en compte la misère ne procède pas seulement d’une logique comptable et ne consiste pas uniquement à mettre un toit sur chaque personne en détresse. Il convient aussi d’écouter et d’accompagner ces personnes pour trouver avec elles des solutions qui respectent leurs souhaits ; c’est là un des rôles de l’Etat en passe d’être abandonné aujourd’hui.
- les décisions récentes de la DDCS et les dispositifs nouveaux mis en place s’inscrivent dans une politique globale qui n’est pas récente, politique qui a cette année eu pour effet entre autres, la baisse des moyens du SAMU social 14 (suppression de l'accompagnement de jour et des astreintes de nuit). Les travailleurs sociaux très impliqués dans l'accompagnement des personnes en grande difficulté voient encore se réduire les possibilités d'accomplir correctement leur travail.
- En matière de logement un paradoxe demeure : près de 6000 logements restent inoccupés sur l’agglomération caennaise (chiffres INSEE 2015), la construction de nouveaux logements n‘arrête pas et de nombreuses personnes sont encore « à la rue ». Mais la réquisition de ces logements en rémunérant les propriétaires n’est toujours pas une solution à l’ordre du jour. Il serait grand temps de prendre des mesures concrètes pour que le droit au logement opposable, inscrit dans la loi, ne soit pas qu’un effet d’annonce.

Respect des personnes à la rue et des professionnels qui les accompagnent !
Plus de décisions brutales prises sans annonce, en plein été !
Des moyens de fonctionner pour le SAMU social !
Des politiques qui n’aggravent pas la situation sur le terrain !


Signataires :

AG de lutte contre toutes les expulsions, l'Arcal, ASTI 14, CAMO, CGT ACSEA, CGT AAJB, CGT EPSM, la Cimade, Collectif Alternative Libertaire du Pays d'Auge, Comité Amérique latine, Démosthène, EMMAUS14, EÉLV 14, GA de Giberville, Hérouville et Ifs pour la France Insoumise, FSU Calvados, KIC-CIP, LDH section de Caen, NPA, Le Rassemblement Humain, UL CGT Hérouville St Clair , Rassemblement Citoyen en Normandie, Syndicat SUD Santé Sociaux du Calvados , Union syndicale Solidaires du Calvados.
Résistances Caen 2003-2019 - contact