Les raisons de la colère CRAP de Caen

On nous accuse souvent de contester le résultat de l'élection présidentielle, et ainsi d'aller à l'encontre des principes républicains. Il est donc temps de rétablir la vérité sur notre combat.
Ce contre quoi nous combattons, c'est une logique qui est déjà en place depuis un certain temps : celle qui tend à étendre la logique marchande à tous les aspects de la vie, celle qui méprise les plus faibles, qui accroit les inégalités, divise les opprimés entre eux, qui étend le contrôle social, le flicage généralisé, et la répression, … Et nous savons d'ores et déjà qu'avec l'élection de N. Sarkozy à la présidence, cette logique inhumaine va aller en s'accélérant. Nous sommes en total désaccord avec ce projet, c'est pourquoi nous nous préparons à riposter au coup par coup aux attaques à venir ; mais ce n'est pas tout : nous entendons aussi nous battre pour l'obtention de droits nouveaux : la répartition du travail et des richesses nous semble un objectif minimal.
Parce que leur morale n'est pas la notre ; parce que derrière les discours mensongers, ils ne nous proposent que toujours plus d'inégalités et moins de liberté, nous estimons notre révolte légitime.

N. Sarkozy, derrière ses discours de rassembleur de la France, n'a fait que diviser les opprimés : travailleurs contre chômeurs, fonctionnaires contre travailleurs du privé, français contre sans-papiers, bon citoyens contre « voyous », … Or pour atteindre nos objectifs, il va nous falloir nous unir dans les luttes. Car seules des luttes massives et solidaires sont en mesure de faire plier le pouvoir. Il est donc plus que jamais nécessaire de briser les barrières, de détruire les corporatismes : travailleurs, chômeurs, lycéens, étudiants, avec ou sans papiers, nous avons tous intérêt à une lutte commune pour la justice sociale.
La solidarité s'impose : solidarité avec les salariés en grève (comme à Airbus, à PSA Aulnay récemment, …), solidarité avec tous les révoltés inculpés, solidarité avec les sans-papiers, etc.

Pour organiser la résistance, nous appelons donc à l'organisation d'Assemblés Générales autonomes et populaires partout où cela est possible (entreprises, facs, lycées, quartiers, …) pour discuter tous ensemble de nos revendications et des actions à entreprendre, ainsi qu'à la coordination de ces AG en vue de construire les solidarités indispensables.


Céder un peu, c'est capituler beaucoup !
Seule la lutte paye !

Assemblées Générales :
Jeudi 17 Mai, à 18h30, Stade Hélitas
Mardi 22 Mai, à 18h30, Campus 1 de l'université, RDV sous la galerie vitrée.

Face à la répression de ces dernières semaines, nous lançons un appel à témoin en vue d'organiser la solidarité.

Nous invitons à faire circuler, reproduire, diffuser ce tract le plus largement possible.

Le Collectif de Résistance Autonome et Populaire.
Ce texte a été vu 1160 fois depuis le 27 mai 2007
 
Résistances Caen 2003-2014 - contact